La balle de tennis : toute une histoire !

L’ancêtre de la balle de tennis que nous connaissons aujourd’hui était l’esteuf ou éteuf, utilisé dès le XIIème siècle dans le jeu de Paume. Cette balle était relativement inconfortable à jouer de par sa constitution, tantôt de poils d’animaux, d’étouffe de laine puis bourrée de sable et de chaux avec revêtement en cuir. La pelote lui succèdera au XVIIIème siècle.

La pelote était constituée de draps pressés et liés par un ficelage sur toute la surface. Le souci était bien dans la fragilité des ficelles qui, avec l’utilisation, ne tenaient plus, ce qui rendait la balle de pelote inutilisable et qui, par conséquent, a été abandonnée progressivement.

La balle de tennis se modernise dès 1870. L’utilisation du caoutchouc lui apportera un rebondi apprécié sur gazon. Le tennis que nous connaissons se dessine à cette période avec le tournoi de Wimbledon en 1877. Une raquette révolutionnaire, confectionnée par la fabrique Babolat, verra le jour en 1875. Ce n’est que vers 1920 que René Lacoste jouera avec une balle de tennis en caoutchouc sous pression, dont la couleur passera du blanc ou jaune en 1978 : la balle de tennis moderne ou « petite balle jaune » est née.

Vous trouverez votre prochaine balle de tennis par ici !

Pour une balle de tennis qui s’adapte à toutes les surfaces !